Avertir le modérateur

28/03/2013

Nouvelle Renault Clio R.S. EDC : la digne héritière

13.jpg

Pas besoin pour Renault de mettre deux bandes blanches et galvauder un nom mythique comme celui de Gordini comme il a été fait sur Twingo et Clio 3. Il suffit d'aller puiser dans la mémoire et dans les compétences de Renault Sport. Il y a là matière à concevoir d'exceptionnels engins sportifs. Le Losange n'est pas champion du monde de F1 pour rien. La dernière évolution de la Clio RS est sans doute un poil moins radicale que sa devancière. Elle n'en a que plus d'atouts.

 

Lire la suite

21/03/2013

Le blaireau n'est pas toujours dans la forêt

 

Hummer-H3T.jpg

Décidément, s'il y avait un truc que j'avais mésestimé, c'est le manque total de sens de l'humour de certains amateurs de 4 X 4. Alors que j'écrivais que les possesseurs de ces grosses bestioles étaient bien souvent classés en deux catégories, ceux qui ont besoin d'un véhicule polyvalent et qui ont une utilisation ''normal'' des quatre roues motrices, à savoir en tout terrain et les autres, plus enclins à frimer et à montrer du côté des Champs Elysées leurs élargisseurs d'ailes bodybuildées comme s'ils avaient quelque problème à affirmer leur place dans ce monde de bruts, quelques scribouillards en faillite d'espace éditorial n'ont pas hésité à réagir promptement. Sans doute inquiets pour leur image, me les voilà tout ébaubis et chafoins ! Avec en sus quelques commentaires peu élogieux sur ma pratique professionnelle. Alors, je le dis et le redis ici : un 4 X 4 démesuré n'a rien à foutre dans les rues de nos villes si ce n'est pour la livraison ou le travail.


Si on veut donner raison à quelques ayatollahs verts et sectaires, faisons en sorte qu'ils aient du grain à moudre.


Autant j'aime ces randonneurs citoyens qui s'en vont dans des sites bien souvent difficilement accessibles autrement qu'en 4 X 4, en respectant population, faune et flore locale autant je ricane dru lorsque je vois, en ville, un de ces gugusses au volant d'un engin affublé d'un pare-buffle (si si il y en a encore) en plein Paris, Lyon ou Nantes. La posture est détestable et engendre immanquablement quelques réactions que je ressentirais comme légitime si je n'aimais pas autant la bagnole en général.


Ces tristounets personnages ne sont pas des amoureux du 4 X 4. Au fait, combien de ces machines sortent du bitume des métropoles et des autoroutes  ? Combien s'en vont par chemins et par vaux s'engadouiller pour le simple plaisir de la découverte verte et de la rencontre ? Quelques chiffres glanés ça-et-là font état de moins de 4 % ! Alors qu'est-ce qui pousse nos amis apprentis explorateurs des bacs à sable à posséder ce que quelques psychanalystes même pas lacaniens pourraient caractériser comme objet transactionnel ? Tentant de faire un soupçon d'humour, j'avais avançé l'idée d'un petit questionnement quand à l'affirmation nette de sa sexualité et de son image virile. Chafoin ça les a rendu. Et assez méchants je dois le concéder. Alors, un petit conseil : Si vous rencontrez un ''chauffeur'' de gros 4x4 dans une de nos villes, ne tentez pas l'humour. Il y est impérméable ! Sans doute un problème assez profond quand à l'affirmation de soi.

Pourtant, loin de moi la pensée de généraliser. Quelques spécialistes de la chose, m'ont convaincu des extraordianires capacités de franchissement de certains 4 X 4. Mais, je vous le garantis, ces hommes et ces femmes passionnés par le tout-terrain et l'aventure m'ont toujours paru extrêmement respectueux des autres usagers. Et il faut bien l'avouer, assez drôles dans leurs descriptiosn de certains utilisateurs pas très reluisants ! Comme quoi, le blaireau n'est sans doute pas toujours dans la forêt.

 

20/03/2013

Isuzu D.Max : ''Dis Monsieur, dessine moi un Pick up''

DSCN1175.JPG

Marque très confidentielle en automobile sur le marché français, Isuzu a décidé de s'attaquer à une niche hexagonale : celle du pick up. Le D.Max a donc la rude mission de conquérir un marché assez confidentiel mais assez exigeant puisqu'il combine les nécessités du véhicule de travail, du 4 X 4 pur et dur mais aussi du véhicule de loisirs. Avec le D. Max, la marque japonaise dispose d'un excellent outil. Reste à séduire une clientèle exigeante et avertie.

Lire la suite

09/03/2013

Humeurs

La Nouvelle passion française : le ''rebadgeage''

 

24-heures-du-mans-alpine-a-210-1967_cca_680_n.jpg

 

Pour Le Mans
Bon, maintenant, en auto, tout est facile. Tu prends un châssis Courage, pardon Oreca mais au départ c'est un Courage. Tu prends un bon moteur, le V8 de Nissan … deux bons jeunes pilotes, Pierrot Ragues et Nelson Panciatici et surtout beaucoup de peinture bleue. Tu dis haut et fort que c'est le retour d'Alpine en compétition et tu fais une belle conférence avec des superbes voitures sorties des musées. Tu annonces qu'Alpine, marque si sympathique revient au Mans et hop, t'as une flopée de journalistes qui accourent sur l’événement.

C'est sympa, ça fait le buzz mais en regardant bien, au bout du compte, tu t'aperçois qu'en fait le plus difficile à trouver a été sans doute la référence du bleu qui ornera ta LMP2 déjà vue au Mans en 2011 et 2012.

A Dieppe, les techniciens continuent à monter des formules Renault, des Clio, Twingo et Megane RS. Mais d'originales Alpine rien ou pas grand chose si ce n'est un concept car qui fait le tour des salons et des événements automobiles.

C'est malin c'est sûr mais si les gogos s'y laisseront sans doute prendre, laisse moi te dire que la ficelle est un peu grosse. En fait, tu permets à l'écurie Signature, un peu escroquée par des mafieux russes de retomber sur ses pattes et de remettre au goût du jour sans trop de frais une marque qui fit sa grandeur et la grandeur du Mans C'est une belle mais très simple opération de rebadgeage (ça se dit?). Point. Barre. L'ACO peut annoncer un constructeur de plus, l'ami Sinault peut souffler et Renault semble revenir de plein pied dans le sport automobile cher aux puristes.

La mort des bandes blanches

Tu prends un nom mythique, Gordini, tu en affubles une modeste Twingo à qui, comme les mimiles de l'époque avec leurs quatre chevaux, tu colles deux bande blanches, et hop, tu peux annoncer que tu as désormais en gamme une nouvelle sportive. Bon, sa frangine diésélisée marche un peu mieux, mais t'es content,, tu penses que les jeunes sont sensibles à ce retour vers un passé mythique.
Pendant ce temps-là, tu fabriques les meilleurs moteurs de F1 du monde mais paradoxalement tu hésites à le faire savoir,(''veux pas faire la promo d'un marchand de boisson gazeuse'' affirmes tu), tu construis des RS à partir de Mégane, de Twingo, de Clio qui ont une séduction folle mais toi, on ne sait trop pourquoi, tu persistes et signes dans la volonté de ''marketingiser'' un héritage qui n'en demandait pas tant.
La question est posée... que cherches-tu ? Il y a dans cette démarche une volonté de faire rendre gorge à un passé obsédant. Comme si faute de ne pouvoir le reconstruire, tu t'acharnais à la rendre vide de sens. Les psychanalystes pourraient aller plus loin en parlant de volonté iconoclaste... Comme si ces exploits passés devenaient tellement ensorcelants que la seule façon de se les approprier étaient de les traduire en actions marketing. Et de les vider de leurs sens et de leurs émotions de ces moments désormais marqués du mythe de la marque.
Curieuse démarche. Sans doute pleine de bonne volonté, pleine de passion mais dont la traduction en acte risque fort de vider complètement l'image de la marque aux yeux des jeunes générations ce qui fit la grandeur du Losange.
Moi, je te dis ça mais en fait c'est parce que j'ai tellement aimé ces vaillantes petites berlines capables de faire vibrer notre belle jeunesse, de superbes petites bestioles bleues qui venaient faire la nique aux allemandes trop conquérantes.
En fait, je te demandes pas grand chose Monsieur Renault : arrête de jouer avec nos souvenirs et refais nous de belles et bonnes voitures qui nous font vraiment rêver. Et aligne en compétition une vraie petite Renault Alpine capable de se battre contre les GT de milliardaires.

 

03/03/2013

Essai Renault ZOE : Sans doute le début du réalisme électrique

Enfin là ! La ZOE de Renault est arrivée par le sud de l'Europe, à Lisbonne plus exactement où elle a été présentée à la presse internationale. C'est une grande première puisque c'est la première voiture totalement et complètement conçue autour du parti-pris électrique voulu par Carlos Ghosn chez Renault et Nissan. Twizy, Fluence ou Kangoo ZE sont très loin en effet d'afficher la même volonté novatrice que Zoe. Hyper bonussée, très bien finie, l'arrivée de Zoé dans les concessions du Losange est incontestablement l'un des événement majeur de l'année automobile 2013. Reste ce foutu problème de l'autonomie.


DSCN1141.JPG

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu