Avertir le modérateur

24/04/2010

Superleague Formula : Un mélange des genres qui séduit les pilotes français

SLF SILVERSTONE GARAGE 017.JPG

Associer un club de foot de haute renommée international à un pilote dans une série monotype, ce fut l’idée un peu folle qui jaillit, il y a quatre ans, dans l’esprit d’Alex Andreu  un Catalan très impliqué au niveau de la fédération espagnole de  football.  Après quelques années de réglage la Superleague Formula passe cette saison à la vitesse supérieure. Grâce sans doute à l’arrivée de pilotes français talentueux.

 

La Formule a deux ans et fait peu à peu son chemin dans le paysage automobile sportif. Prenez une vingtaine d’anciennes monoplace de Champcar, championnat américain aujourd’hui disparu corps et biens , motorisées par un V12 de 750cv,. Affublez les de décos aux couleurs de clubs de foot prestigieux. Allez chercher une escouade de pilotes revenant de différentes formules allant de la F1 au GP2  et aux innombrables séries souvent assez confidentielles. Mélangez habilement en une formule de courses spectaculaire et vous aurez ,  grosso modo, la recette de cette étonnante Superleague Formula qui semble prendre cette année sa vitesse de croisière. L’an dernier, après  sa rude éviction de chez Torro Rosso, Sébastien Bourdais avait renoué avec la victoire en se réfugiant dans cette drôle de mixture automobile. Cette année,  il a fait des émules en France puisque Franck Montagny, son équipier chez Peugeot  , ex pilote  de réserve Renault et ex pilote Aguri en F1 est venu lui aussi se refaire une santé avant d’aller au volant de la 908 Peugeot tenter de décrocher, lui aussi, la timbale aux 24 Heures du Mans.  On peut regretter qu’aujourd’hui ces deux grands bonhommes du sport auto français en soient réduit à faire des piges dans des formules dont la notoriété n’a rien de comparable à l’outrecuidante F1. Bourdais roule sous la bannière de l’Olympique Lyonnais, Montagny lui défend les couleurs des Girondins de Bordeaux, une affiche authentiquement « Champion League » puisque c’est l’un des quarts de finale de l’édition 2010 de la grande compétition européenne.

 Même si les grosses monoplaces US n’ont pas grand-chose à voir avec les sophistiquées McLaren, Ferrari  ou Red Bull, il y a de quoi se faire franchement plaisir. Surtout sous la pluie qui tout au long du premier  week end  rythma les sorties des «’’Lliverpool’’ , ‘’Galatasaray’’,’’ Milan AC’’ et autres’’ FC Porto’’.  En ces temps de disette, tout volant est bon à prendre. Le sport automobile français est sinistré. Il ne s’agit donc plus pour les meilleurs de nos pilotes de faire la fine bouche. Alex Andreu, le patron et prometteur de la Super League ne manque pas de souligner l’opportunité qu’offre sa série. Dans un français parfait, le Catalan ne cache pas son intérêt à voir débarquer l’escadrille tricolore. «C’est vrai, on a commencé sans la France mais depuis l’année dernière avec l’arrivée de l’Olympique Lyonnais avec Nelson Panciatici et celle de Bourdais en fin de saison, peu à peu la série intéresse les clubs de foot français. Lyon et Bordeaux, c’est ce qui se fait de mieux en ce moment. » Et Alex de pousser un peu plus loin la démonstration « Ce qui est aussi très intéressant c’est que deux des meilleurs pilotes français, Bourdais et Montagny, soient au volant de voitures représentant les deux meilleurs clubs de France. » Il est notable en effet de constater que les perspectives de piloter des grosses monoplaces vitaminées sont de plus en plus rare pour nos compatriote. A moins de s’exiler aux USA.  Alors pour accompagner Bourdais et Montagny, quelques très bons sont aussi du show. Comme Tristan Gommendy qui, au volant de la voiture aux couleurs du club stamboulite de Galatasaray, nourrit de grande ambitions. Le pilote tourangeau a de solides arguments à faire valoir.  « Lutter contre Bourdais et Montagny, et peut-être pouvoir les battre est un challenge qui me plaît énormément. »

 

À Silverstone, pour les premières courses, les ‘’frenchies’’ ont dut laisser la victoire à Tottenham mais c’est juré, les trois Français seront au rendez-vous d’Assen aux Pays-Bas les 15 et 16 mai prochain avec de grandes ambitions.

 

A suivre sur www.superleagueformula.com/

 

 

 

 

11/04/2010

8 Heures du Castellet : Audi annonce la couleur, Peugeot rate la marche

Premier rendez- vous de la saisonphototheque_2010_Castellet_034_.jpg sur un circuit varois rendu enfin à sa vraie vocation la course et le spectacle.  Quarante voitures au départ, un duel Audi-Peugeot prometteur, des bagarres à tous les étages, il n’en fallait pas plus pour faire revivre le Paul-Ricard.

 

On attendait un affrontement Audi –Peugeot, on resta sur notre faim pour l’essentiel de la course puisque rapidement, trop rapidement, l’Audi officierlle se retrouva très seule devant. Les premiers à souffrir furentd’ailleurs  Oreca. Avec en tête de liste Soheil  Ayari qui dès le 9e tour devait rentrer pour changer une roue après une crevaison. Peu de temps après, Neil Jani cassait une suspension  de sa Lola Rebellion en évitant une GT en vrac. Il perdait déjà tout espoir de rester au contact. Devant, ça s’expliquait chaudement entre McNish et Sarrazin avec un petit avantage pour l’Ecossais puisque Sarrazin perdait, juste un peu l’avant de sa monture. « Pneus froids, elle est partie très vite en sous virage. Le temps de revenir et Mc Nish s’était enfui. Mais après c’était bien puisque j’ai stabilisé l’écart à moins de 10 secondes » confiait Sarrazin. Durant le premier tour,  un moment seulement, Stefan Mücke avait fait la nique aux deux furieux qui, trop préoccupés par leur duel ne virent pas l’Allemand s’infiltrer à l’intérieur. L’Aston aux couleurs Gulf bouclait le premier tour en tête.  Il ne fallut pourtant que deux tours pour que les deux diesel reprennent leur bien.  Insensiblement, ce fut l’homme au tartan vert qui s’échappa. Pour le premier ravitaillement, les deux leaders rentrèrent ensemble. Pas de problème pour l’Audi. Cela se passa bien moins bien pour la 908. Un peu d’hésitation avant de rentrer la belle, ça n’allait pas fort du côté de la prise ‘’air jack’’ qui permet d’amener l’air pour hisser la voiture sur ses vérins. L’usine Peugeot la change systématiquement après une durée répertoriée. Chez Oreca, on a du faire l’impasse sur cette opération entretien. Il fallut près d’un quart d’heure aux techniciens d’Hugues de Chaunac pour refaire une santé à la Lionne. Devant, McNish, évidemment,  s’était fait la belle, douze tours devant Sarrazin. Personne ne revit le spider allemand.

L’Audi avait le champ libre. Ses deux pilotes surent en profiter. Malgré le travail titanesque de Lapierre, Panis et Sarrazin, la Peugeot ne put que limiter les dégâts. Sochaux à Sebring, Ingolstadt au Castellet , Audi 1- Peugeot 1, suite de l’affrontement,  à Spa les 6, 7 et 8 mai. Cette fois avec les effectifs au complet puisque les deux colosses y amèneront toutes leurs unités dans les Ardennes belges en avant-première  de 24 Heures du Mans sans doute fort prometteuses.

 

Des bagarres à tous les étages

Si en LMP1, la cause fut vite entendue, il en fut tout autre dans les deux autres catégories LMP2 et LMGT2. Passons sur l’unique voiture en LMGT1, la Saleen de Larbre Compétition qui ne fut pas vraiment gâtée par le sort puisque elle fut fortement handicapée au warm up par une collision avec une Formula Le Mans bien mal conduite.

En LMP2, la HPD du Strakka Racing, sans doute la plus efficace du lot, fut arrêtée au drapeau noir pour cause de capot baladeur, pas le meilleur moyen de contrer la rigoureuse marche en avant des deux Pescarolo de l’Oak Racing qui confirment ainsi leur solide réputation de robustesse.  Il aura fallu une charge terrible de Danny Watts pour que la japonaise reprenne la main sur un Richard Hein beaucoup plus gentleman que driver en ce dimanche dans le Var. La lutte fut permanente et finalement, c’est l’ancienne Acura qui l’emporta mais que  le combat fut rude puisque tout se joua dans le dernier relais.

En LM GT2 , là aussi on ne s’ennuya  guère. Si Pilet et Narac et leur Porche normande menèrent un instant les débats, cde furent les ex pilotes de F1, Alesi et Fisichella qui, sur une Ferrari évidemment bien conduite,  animèrent la catégorie. Bien assistés quand même par l’autre Porsche officielle, la Felbermayer de Lieb et Lietz.  Au final, ce fut cette dernière qui eut le dernier mot mais les hommes de la F1 se sont bien amusés.

 Le classement ici

1. LMP1 Audi R15 Team Joest Aln McNish, Dindo Capello les 8 Hueres à 221 km/h de moyenne.

2. LMP1 M Aston Martin Racing PRIMAT Harold/MUCKE Stefan/FERNANDEZ Adrian Lola - Aston Martin 8:00:40.654 261 5 L 188,665 1:44.572 - 5 199,361

3. LMP1 M Rebellion Racing BELICCHI Andrea/BOULLION Jean-Christophe/SMITH GLuoyla B10/60 - Rebellion 8:01:48.333 261 1:07.679 188,223 1:45.175 - 245 198,218

4. LMP1 M Team Oreca Matmut P ANIS Olivier/LAPIERRE Nicolas/SARRAZIN Stephane Peugeot 908 HDi-FAP 8:02:02.017 258 8 L 185,972 1:43.166 - 5 202,078

5. LMP1 D AIM Team Oreca Matmut A Y ARI Soheil/ANDRE Didier/DUVAL Loic Oreca 01 - AIM 8:02:10.496 258 0:08.479 185,917 1:44.425 - 238 199,642

6. LMP1 D Signature Plus RAGUES Pierre/MAILLEUX Franck/ICKX Vanina Lola - Aston Martin 8:01:22.070 256 10 L 184,785 1:45.417 - 3 197,763

7. LMP2 M Strakka Racing LEVENTIS Nick/WATTS Danny/KANE Jonny HPD ARX-01c 8:00:36.949 250 16 L 180,737 1:46.590 - 183 195,587

8.  LMP2 D OAK Racing MOREAU Guillaume/HEIN Richard Pescarolo - Judd 8:01:10.441 250 0:33.492 180,527 1:49.453 - 188 190,471

9.  LMP2 D RML ERDOS Tommy/NEWTON Mike/WALLACE Andy Lola HPD Coupe 8:00:40.855 249 17 L 179,990 1:49.396 - 3 190,570

10. LMP2 D OAK Racing LAHAYE Mathieu/NICOLET Jacques Pescarolo - Judd 8:01:20.769 249 0:39.914 179,741 1:50.078 - 136 189,389

11. LMP1 M Rebellion Racing PROST Nicolas/JANI Neel Lola B10/60 - Rebellion 8:00:52.894 248 18 L 179,192 1:45.021 - 192 198,509

12. LMP2 D Team Bruichladdich OJJEH Karim/GREAVES Tim/EBBESVIK Thor-ChristianGinetta-Zytek 09S 8:01:41.503 248 0:48.609 178,891 1:49.463 - 4 190,453

13. LMP2 P Racing Box GERI Ferdinando/PICCINI Andrea/PICCINI Giacomo Lola Coupe B09 - Judd 8:01:11.789 246 20 L 177,630 1:50.445 - 197 188,760

14. LMP1 D Beechdean Mansell MANSELL Nigel/MANSELL Leo/MANSELL Greg Ginetta-Zytek 09S 8:00:37.047 243 23 L 175,676 1:46.647 - 180 195,482

15. FLM M Applewood Seven TOULEMONDE Damien/ZOLLINGER David/ZAMPATTI RoFsLsM - Oreca - 09 8:01:32.842 237 29 L 171,007 1:55.209 - 197 180,955

10/04/2010

Peugeot domine les essais des 8 Heures du Castellet

Nicolas Lapierre s'est adjugé la pole position lors des essais qualificatifs des 8 Heures du Castellet. En 1'41''195 il devance Dindo Capello sur la nouvelle version 2010 de l'Audi R15. Stefan Mucke et Loïc Duval occupent la seconde ligne tandis qu'en LMP2 c'est l'Acura rebadgée HPD ARX de Danny Watts qui mène le bal

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu