Avertir le modérateur

14/01/2013

Le rallycross européen fait enfin sa mue.

Il ya quelques années maintenant je m'étais attiré les foudres de quelques fâcheux en écrivant que le rallycross était une discipline de garagistes organisée par des agriculteurs. Le trait était féroce mais néanmoins justifié tant la discipline frôlait parfois l'amateurisme organisationnel. Cela a évolué certe mais depuis quelque temps, on sentait un essouflement tant au niveau français qu'européen. Jean Todt et la FIA ont donc confié les clefs de la discipline à IMG, un promoteur déjà très en vue en sport auto. L'Europe du Ralllycross change de visage et bien entendu certains ruent dans les brancards.

_DSC6668.jpg


Depuis une trentaine d'année maintenant, le rallycross s'est imposé comme une des disciplines les plus spectaculaires du sport automobile. Tous les ingrédients du succès y sont réunis. Des voitures impressionnantes, plus de 500 chevaux, quatre roues motrices, un mixte terre/goudron à faire saliver les aficionados de la glisse, des accélérations de F1, un format de course adapté aux exigences d'un public en général averti et demandeur de luttes souvent viriles, une accessibilité de tous les instants et une relation très forte entre pilotes et spectateurs, le Rallycross a de quoi séduire.

La discipline a même franchi l'Atlantique avec l'intégration aux X Games. Avec un tel succès que des promotteurs US ont décidé d'en faire une discipline mondiale. Jusque là cantonné essentiellement dans l'Europe du Nord et en France, le rallycross international est devenu la chasse gardée de quelques officiants très attachés à leur territoire. Peu enclin à une modernisation, miné par d'innombrables petits conflits d'intérêt le Rallycross européen n'a vraiment jamais su séduire les grands médias et de grands annonceurs. Les constructeurs n'ont jamais vraiment investi dans la discipline et ce sont les initiatives privées qui fournissent la grande majorité d'un plateau pas toujours très homogène. Les Norvégiens sont les rois de la disciplines. Suédois, Finlandais, Britanniques et Français composent l'essentiel des plateaux du trop discret championnat d'Europe.

 

980_x011020113433.jpg


 

Sous l'initiative de Jean Todt, la FIA a décidé de faire sortir la discipline de son approche trop ''amateurs'' en confiant la promotion du championnat d'europe à un promoteur. IMG, désormais sérieusement installé dans le paysage sportif professionnel a donc été approché et sous la responsabilité de Martin Anayi, il a été décidé de revoir la formule qui avait fait le succès des Schanche, Hansen, Pailler ou Isachsen. Désormais, le championnat FIA sera réservé à vingt pilotes plus deux invités et trois wildcards par épreuve. Vingt cinq Supercars en découdront donc selon une formule différente de l'ancienne puisque exit les trois manches qualificatives et les trois finale A, B et C. Désormais cinq manches de qualif mettront en lice à chaque fois cinq voitures différentes, leur permettant d'accéder à des demies finales de six voitures, tout le monde rencontrant tout le monde. Plus de manche joker, pas de possibilité de gérer des impasses, seules les places acquises comptent. On verra à l'usage si la formule a du bon. Elle a le mérite de mettre tout le monde à égalité mais cinq courses à la ''mort'' engendreront sans doute du dégât, on connaît les furieux. La finale se courra à six voitures. Priorité sera donc donnée aux Supercars, les 4 roues motrices proches des WRC avec quelques vitamines en plus.

Deux autres séries seront courrues le même week end : la Super 1600 mettant en piste des deux roues motrices avec moteur atmo, comme pour les championnat de France et également les Touring Cars, voitures exclusivement propulsion.

 

Fort du soutien de Monster Energy, la nouvelle formule semble avoir le vent en poupe. En France, c'est le circuit de Lohéac qui verra la FIA et IMG installer leurs châpiteaux, le petit bourg breton étant devenu, au fil des ans la capitale du Rallycross mondial. Il y a eu quelques vagues et Patrick Germain, le président de l'écurie Bretagne a été quelque peu ''chahuté'' par ses collègues d'autres circuits et par quelques responsables français du rallycross. « C'est sûr, il y a eu quelques résistances. Mais après quelques négociations, nous avons tous progressé. La Fédération Française sous l'initiative de son président Nicolas Deschaux a dû convoquer une réunion afin de rétudier la décision de la commission Rallycross qui avait voté contre le projet en interdisant Lohéac d'être partie prenant de cette nouvelle donne. A l'issue de cette seconde réunion, il a été décidé qu'il était impossible de nous interdire d'organiser la manche française mais que nous ne pourrions pas organiser de manche du championnat de France. Nous organiserons néanmoins une course hors championnat et nul doute que nos fidèles spectateurs répondront présents. »

 

Au niveau européen, un vent de fronde s'est également emparé des responsables du canal ''historique '' du Rallycross. N'acceptant pas la limitaion des engagements en Supercars, ils rejettent en bloc la nouvelle organisation de la FIA. Un challenge continental tente d'être mis en place sous l'influence des Belges et des Hollandais. En France, cette dernière initiative a reçu le soutien des organisateurs d'Essay et de Kerlabo, les deux circuits s'étant déclarés prêts à organiser la venue des concurrents ''ancienne norme''. En tout six circuits ont accepté d'être partie prenante de ce championnat à l'ancienne.

 

timur.jpg


 

Et puis, autre initiatives complètement hors FIA, ceci expliquant sans doute cela, c'est aux USA que le rallycross connaît aussi une extension spectaculaire avec le Global Rallycross. Et là, pour le coup, les tenants du Rallycross académique ont de quoi se préoccuper. Les dernières expériences avec Sébastien Loeb ont été un succès avec quand même quelques ''jumps'' à faire frémir les plus audacieux. Plus du show publicitaire que de la compétition automobile, il est temps sans doute de freiner quelques ardeurs trop mercantiles.

 

 

 

 

 

Le calendrier du FIA European Rallycross

 

31.03.-01.04. - Lydden Hill - Wootton - Angleterre
27.04.-28.04. - Montalegre - Portugal
25.05.-26.05. - Nyirád - Hongrie
08.06.-09.06. - Kouvola - Finlande
15.06.-16.06. - Lånkebanen - Norvège
06.07.-07.07. - Höljes - Suède
17.08.-18.08. - Mondello Park Circuit - Naas - Irlande
31.08.-01.09. - Lohéac - France
14.09.-15.09. - Greinbach - Autriche
28.09.-29.09. - Buxtehude – Allemagne

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu