Avertir le modérateur

18/12/2012

Romain Grosjean : Ce mec a du talent

577.jpg

C'est enfin définitif. Romain Grosjean est reconduit chez Lotus. Oups, j'allai écrire ''chez Renault''. J'avoue que j'ai été un peu contrit de lire toutes les conneries écrites sur notre ami suisse, si si il est né à Genève, très vite devenu français dès lors qu'il gagna ses premiers galons de pilote de haut niveau.

Pour avoir croisé sa route alors qu'il débutait en Formule Renault, je peux vous certifier que ce môme avait quelque chose en plus. Il était le seul par exemple à maîtriser certaines courbes en étant, en tours/minute, un poil au dessus de ses concurrents. Sa FR ne sonnait pas comme les autres, on songeait alors à un moteur un peu optimisé alors qu'il en était rien. Romain l'utilisait différemment des autres jeunes loups de la Formule Renault. Tout simplement. Il domina d'ailleurs la discipline de la tête et des épaules un peu à la façon d'un Alain Prost que les spécialistes, en son temps, détectèrent très vite comme l'immense champion qu'il allait devenir.

A la différence d'Alain, Romain connut un plan de carrière bien plus perturbé même s'il gagna toutes les séries dans lesquelles il fut engagé avant de signer chez Renault.

On se souvient de sa saison chez le Losange, intoxiqué par la malhonnêteté d'un Flavio Briatore et de quelques complices nauséabonds. Il était impossible pour un jeune pilote de surnager dans ce cloaque et il perdit quelques précieuses saisons avant qu'un homme de l'art, Eric Boullier, ne réussisse à convaincre ses financiers du talent du garçon. Quelques uns chez Total, rendons à César ce qui lui appartient, crurent en lui et en firent un pilote à considérer à l'heure des choix budgétaires. Romain devint homme de base de Lotus-Renault.

Alors déferla le curieux monde du show business télévisuel. La télé rend fou et immodeste. Bon nombre de petites mains de TF1 furent persuadées qu'elles pouvaient faire vivre leurs fantasme de toute puissance médiatique en cotoyant Romain. Ces braves nigauds de penser qu'il suffit de se mouvoir dans l'espace d'un pilote pour en acquérir une parcelle du talent. Comme si les amis de Michel Ange furent aussi touchés par le don divin.

 

Romain n'a en fait qu'un défaut majeur : il est gentil dans la vie de tous les jours. Aimable, souriant, un peu timide, il laisse croire qu'il a besoin de chaperons. Alors que dès qu'il s'installe dans un baquet, il devient un des plus redoutable combattant que la F1 ait connu. Agressif, trop quelquefois, il ne supporte pas de lâcher prise, alors forcément, ça a craqué. Les Britanniques furax de ne pas avoir un des leurs dans le baquet d'une Lotus, en firent des tonnes lorsqu'il commis une ou deux boulettes. Ferrari, dans une version 2013 très ''pleureuse'' en rajouta et immanquablement, le monde névrosé du paddock avait trouvé sa brebis galeuse. Pas vraiment aidé par l'aérophage cathodique qui évolue dans son sillage, Romain se planta dans des déclarations très connes. Il n'en fallait pas plus pour sabrer momentanément un des plus grand talent que le sport auto ait porté.

 

580.jpg

Fort heureusement, sous la houlette de Boullier, Romain sut reprendre pied. Au prix d'un gros travail sur lui-même, il réussit le tour de force de se dicipliner et de rogner quelque peu ses prétentions . La pression retomba un peu mais les performances s'en ressentirent. D'autant que Raïkkonnen redevint Iceman. Pas simple dans cette ambiance de reprendre pied. Pourtant Romain l'a fait dans une grand moment de lucidité.

 

Sa victoire en Thaïlande dans la course des champions est sans doute anecdotique dans sa carrière. Elle a sans doute levé les dernières interrogations et hésitations du staff Lotus. Et puis comme Total y est allé de sa contribution, les jours d'altermoiement venant sans doute plus de la contribution du pétrolier à Lotus que de véritables questions quand au talent du Franco-suisse , c'est donc dans une voiture badgée du sigle cher à Colin Chapman que Romain Grosjean effectuera sa saison en 2013.

 

Je ne veux pas pronostiquer cocardier mais j'en suis à peu près persuadé : Attendons-nous à de grandes choses de sa part dans les mois qui viennent.

Publié dans F1 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

28/11/2012

Ou va Renault ?

Sur les deux voitures de RBR, celles de Vettel et Weber, championnes du monde 2012 et porteuses des numéros 1 et 2 en 2013, désormais, c'est Infiniti, donc Nissan qui apparaîtra comme principal commanditaire après Red Bull. On ne dira plus Red Bull Renault mais Infiniti Red Bull ! Au delà d'une querelle de logo, c'est toute une stratégie nouvelle qui se met en place initiée par Carlos Ghosn et ses premiers lieutenants.

image002.jpg

Dans le cadre de l'Alliance franco-japonaise, il semblait que Renault avait la primauté. Ce n'est plus du tout vrai tant la volonté de Nissan d'apparaître comme rouage essentiel de la structure semble désormais patente. On sait l'attachement du big boss pour Nissan, ''sa'' marque. Celle d'ailleurs qui le paye le plus puisque s'il a deux salaires de PDG (Renault et Nissan) celui qu'il doit au Japon est bien supérieur à ce qu'il reçoit des Français. Alors forcément, on ressent beaucoup d'attachement aux productions du Soleil Levant. Après avoir consenti d'énormes efforts de recherche sur son moteur, le meilleur du plateau F1, Renault devra donc s'éffacer quelque peu derrière la volonté marketing de faire apparaître Infiniti, l'appelation Premium de Nissan. Au passage, on remarque le peu de cas fait par les responsables de Renault pour développer des haut-de-gammes performants badgés du Losange, rentables et concurrentiels dans ce secteur si prisé de la berline de luxe ou du SUV gros format. Les choix semblent clairs : à Nissan les véhicules créateurs d'une grosse plus value sur les marchés émergeants, à Renaul (ou Dacia) le volume pour des voitures bien moins exigeantes technologiquement. Ce choix semble d'ailleur se vérifier par les options travaillées par les staffs. Si Infiniti et Nissan vont marcher sur les plate-bandes de Mercedes ou Ferrari en F1, Renault s'en ira sans doute du côté du WTCC comme le suppose nos excellents confrères d'Autonwsinfos (qui nous annoncent l'arrivée imminente du Losange en WTCC). Ce championnat du monde vient de vivre la domination de Chevrolet ex Daewoo et cela a donné des idées à certains. Il est en effet logique d'aligner un modèle d'une marque populaire qui demain verra s'affronter en 2013, les Ford, les Honda encore quelques Seat et quelques BMW privées toujours fringantes et même des Lada !. Citroën a émis de fortes intentions d'y aligner un de ses modèles avec au volant une certain Sébastien Loeb. Alors effectivement pourquoi pas Renault. Ce ne sera pas avec une Fluence, modèle bien trop confidentielle hormis la Turquie mais sans doute une version vitaminée de la Megane 4.

WTCC-LA-RENAULT-DU-CHAMPIONNAT-SUPER-TC-ARGENTIN-a.jpg

 

Et puis quid du programme Alpine défendu par le directeur de Renault, Carlos Tavares ? Celui-ci a même murmuré qu'un programme ''Endurance'' était possible mais vu les efforts de communication de Nissan sur le circuit manceau depuis deux ans, il y a fort à parier qu'il lui faudra batailler ferme pour imposer ce choix. La balle n'est plus dans le camp des Français. On connaît l'attachement extraordinaire des constructeurs japonais au Mans. D'autant que le grand rival Toyota a tout pour devenir le second nippon après Mazda à l'emporter dans la Sarthe.

Dans l'Alliance, ce sont désormais les Japonais qui mènent le bal. Encore une mauvaise nouvelle pour nos couleurs en sport auto.

Publié dans F1 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

26/11/2012

Vettel, le nouveau Kaiser

Troisième titre pour Sébastien Vettel, il rejoint ainsi les figures légendaires de la Formule 1. Et le jeune Allemand a encore énormément de grain à moudre. A l'issue d'un grand prix qui restera dans les annales, le pilote Red Bull est devenu le plus jeune des triple champions du monde. Derrière, Fernando Alonso a été un parfait second tandis que notre ami à tous, l'ultra gentil Raïkkonen montera sur la troisième marche du podium lors de la cérémonie de remise des prix à Istanbul. Et puis pour l'avenir, quelques futurs grands ont montré de belles aptitudes à espérer.

Lire la suite

Publié dans F1 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

21/02/2011

Les quelques nouveautés de la F1 en 2011

248x157-1ROM33031.jpg

Quelques nouveautés techniques

Pirelli. Les Italiens ont explosé la tire-lire. Tant pis pour le spectacle. Que j'aurais aimé un match franco-italo-japonais du côté des gommes ! A l'issue des premiers essais, il s'avère que les gommards italiens sont bien trop tendre et obligeraient les teams les plus performants à trois voire quatre arrêts ! Comment dit-on ''ridicule'' en italien ?

SREC. Pas simple. En fait, les législateurs ont opté pour un tout petit supplément d'énergie. Ils connaissent tellement les ingénieurs qu'ils ont dû réfreiner leur désir de mettre en oeuvre de nouvelles technologies. Aux dires de spécialistes, le gain de puissance (60 KW) se traduira pas un bénéfice de 0''3 à 0''7 secondes ! Les partisans du système sont légion. Les trois écuries les moins riches, elles, ne l'utiliseront pas!

Aérodynamisme. Finis les ailerons ''soufflés''. Place aux ailerons mobiles. Dans les bouts droits le pilote pourra ''couper'' en deux l'aileron arrière en séparant le profil principal et le flap. Pas bête et beaucoup plus simple à manoeuvrer que la ''bidouille'' soufflante sur l'aileron de 2010. Je vous passe les contraintes du réglement qui n'autorise l'utilisation de ce système que dans des cas bien précis.

 

Quelques nouveaux pilotes

arton27215.jpgDi Resta (Force India) : Enfin ! Pour avoir suivi il y a quelques années le duel Vettel-Di Resta en F3, je pestais de ne pas retrouver ces deux lascars en F1 au plus haut niveau. Allez, pour ne pas le cacher, j'en voulais un peu à l'ami Norbert Haug, la patron de Mercedes, de laisser le petit Paul dans un baquet de DTM. Même si je voue, pour des raisons toutes familiales, une belle admiration au championnat allemand, je ne comprenais surtout pas ce qui obligeait l'Ecossais à batailler avec des pilotes bien moins réputés qu'Hamilton ou Alonso. D'autant que sa place chez Mercedes était occupée par Schumacher. Je ne dirais pas que le vieux cuir est un peu tanné mais les résultats de 2010 ont démontré combien la jeunesse est insolente pour les idoles du passé. Paul di Resta, c'est de l'or en barre. Il ne sera pas dans la meilleure écurie mais je vous fiche mon billet que l'on en reparlera.

Pastor Maldonado (Williams) : Bon, il aura mis quatre ans avant de conquérir le titre en GP2. A 26 ans, le Vénézuélien est sans doute celui qui possède la plus grosse couverture ''financière'' (les pétro dollars de son pays). Pourtant, il est loin d'être un fils à papa puisque c'est son engagement politique qui a fait de lui l'ami de Chavez. Peut-être un peu opportuniste sans doute, Pastor devra se hisser au niveau de Barichello. Pas si simple, le vieux lion brésilien a toujours de belles griffes.

Sergio Perez (Sauber): Attention, ce Mexicain est rapide et efficace. En témoigne ses belles prestations en GP2 en 2010 après une terrible cabriole en à Monza.

Narain Karthikeyan (Hispania) : Entrevu pas très à son avantage chez Jordan en 2005, le pilote indien fait sont retour cher Hispania. On peut imaginer qu'il n'a aucune assurance pour l'intégralité de la saison 2011 puisque l'année dernière Colin Kolles, le sulfureux patron du team (il fut le dentiste de ... Causescu) avait utilisé quatre pilotes et leurs... chéquiers.

Jérôme d'Ambrosio (Marussia Virgin) : Suivi de près par Eric Boullier, le patron de Renault F1, d'Ambrosio fut un honnête animateur des pelotons de GP2. Il aura sans doute beaucoup de mal à faire avancer honnêtement la Virgin qui ne brilla pas vraiment en 2009.

Publié dans F1 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : f1 |  Facebook | |

08/02/2011

Mon cher Robert

c-lat-kubica-launch.jpg

Il y avait bien longtemps que je ne m'étais penché sur la Formule 1. Et que je ne m'étais épanché sur ce blog.

Mais c'est promis, j'y reviendrai bien plus souvent. Ne serait-ce que pour parler de mecs bien.

 Dans ce monde de brutes, tu sais que tu es, avec Sebastian Vettel, le seul pour qui j'ai de l'affection. C'est sans doute le privilège d'être un vieux journaliste qui m'autorise à porter quelque jugement sur ce qui fait homme. Pour avoir été un des premiers ''généralistes'' à avoir interviewé le jeune Allemand, je reste convaincu que ce môme est une drôle de météorite dans ce paysage si peu favorable à l'épanouissement de talent.

Montagny, Grosjean s'y sont ou s'y casseront les rêves. Sebastian et toi les ont totalement réalisés. Lui est champion du monde et toi tu es aujourd'hui sur un lit d'hôpital, le corps et l'âme brisés par ta passion.

Pourtant, je suis persuadé que nous te reverrons dans un baquet de F1. Pour connaître un peu la pâte dont sont faits les véritables champions, je sais que rien n'arrêtera ta motivation de retrouver le chemin du F1 Circus.

Je n'ai pas beaucoup aimé le retour de Flavio dans ton sillage. Décidément, celui-là ne doute de rien. Il est aussi convainquant qu'un Berlusconi jurant ses grands dieux à sa probité morale. Je me souviens quand même qu'il te refusa le volant de la Renault alors que tu avais survolé les World Series by Renault. Il fallut que BMW compte sur ton talent pour convaincre, enfin, les dirigeants du Losange. Il ya des choses comme ça difficiles à oublier. Je fais sans doute du mauvais esprit. Flavio est peut-être sincère. Lui non plus n'est plus tout jeune. Quelquefois, les déserts sont longs à traverser et peuvent changer les hommes.

Bon, passons sur ces''branle-panneau'' comme disait ma copine Martine et songeons à l'avenir. Un avenir qui forcément te rendra à ta passion. Oublions les fâcheux qui ne comprennent pas ce qu'une spéciale de rallye peut avoir d'arguments à faire valoir. J'ai bien aimé l'ami Lafitte qui te défend mordicus contre les censeurs et les donneurs de leçon.

Mon cher Robert, ne regrette rien, tu as fait ce qui te semblait juste. Ainsi est la vie, cette épreuve te rendra sûrment meilleur. Quoiqu'il advienne.

 

A bientôt et fais gaffe à toi

Amitiés

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu