Avertir le modérateur

26/02/2011

Le Chevrolet Orlando : L'autre façon d'être un monospace

Les responsables de Chevrolet en France veulent absolument le faire savoir : la marque US au nom si français est bien badgée du sigle de l'hyper puissance. En témoigne l'énorme logo Chevy sur la calandre de l'Orlando. C'est en Normandie que fut présenté le dernier né de la gamme. Fabriqué au pays du Matin Calme, l'Orlando se veut pourtant résolument yankee.

Lire la suite

08/02/2011

Mon cher Robert

c-lat-kubica-launch.jpg

Il y avait bien longtemps que je ne m'étais penché sur la Formule 1. Et que je ne m'étais épanché sur ce blog.

Mais c'est promis, j'y reviendrai bien plus souvent. Ne serait-ce que pour parler de mecs bien.

 Dans ce monde de brutes, tu sais que tu es, avec Sebastian Vettel, le seul pour qui j'ai de l'affection. C'est sans doute le privilège d'être un vieux journaliste qui m'autorise à porter quelque jugement sur ce qui fait homme. Pour avoir été un des premiers ''généralistes'' à avoir interviewé le jeune Allemand, je reste convaincu que ce môme est une drôle de météorite dans ce paysage si peu favorable à l'épanouissement de talent.

Montagny, Grosjean s'y sont ou s'y casseront les rêves. Sebastian et toi les ont totalement réalisés. Lui est champion du monde et toi tu es aujourd'hui sur un lit d'hôpital, le corps et l'âme brisés par ta passion.

Pourtant, je suis persuadé que nous te reverrons dans un baquet de F1. Pour connaître un peu la pâte dont sont faits les véritables champions, je sais que rien n'arrêtera ta motivation de retrouver le chemin du F1 Circus.

Je n'ai pas beaucoup aimé le retour de Flavio dans ton sillage. Décidément, celui-là ne doute de rien. Il est aussi convainquant qu'un Berlusconi jurant ses grands dieux à sa probité morale. Je me souviens quand même qu'il te refusa le volant de la Renault alors que tu avais survolé les World Series by Renault. Il fallut que BMW compte sur ton talent pour convaincre, enfin, les dirigeants du Losange. Il ya des choses comme ça difficiles à oublier. Je fais sans doute du mauvais esprit. Flavio est peut-être sincère. Lui non plus n'est plus tout jeune. Quelquefois, les déserts sont longs à traverser et peuvent changer les hommes.

Bon, passons sur ces''branle-panneau'' comme disait ma copine Martine et songeons à l'avenir. Un avenir qui forcément te rendra à ta passion. Oublions les fâcheux qui ne comprennent pas ce qu'une spéciale de rallye peut avoir d'arguments à faire valoir. J'ai bien aimé l'ami Lafitte qui te défend mordicus contre les censeurs et les donneurs de leçon.

Mon cher Robert, ne regrette rien, tu as fait ce qui te semblait juste. Ainsi est la vie, cette épreuve te rendra sûrment meilleur. Quoiqu'il advienne.

 

A bientôt et fais gaffe à toi

Amitiés

10/11/2009

La Formule 1, luxe et désertification

 

1205568745.jpg

Toyota, Honda, BMW, Bridgestone et bientôt Renault sans doute, la F1 voit ses grands argentiers s'échapper vers d'autres climats moins budgétivores. Bernie Ecclestone multiplie les visites diverses pour trouver d'autres appuis et d'autres alliances. Décidément, rien ne va plus dans ce monde fou fou fou de la F1 du troisième millénaire.

 

Certains ''communicants'' se sont fait des gorges chaudes du luxe étalé à Abu Dhabi. Infrastructures pharaoniques, marinas au pied du paddock, héliports aux quatre coins du circuit, et même luxe suprême salle de presse digne d'un Carlton ou d'un Negresco pour laudateurs du système.

Sans voir évidemment que, comme un symbole, ce circuit né de la rencontre des pétrodollars et des fantasme d'un vieil homme fatigué n'est que l'aboutissement d'une longue dérive à laquelle s'adonnent les responsables de la série depuis une trentaine d'année.

Un moment partenaires, puis otages, les constructeurs ont longtemps cautionné ce miroir aux alouettes. Il est vrai que la diffusion télévisuelle planétaire, la success story savamment élaborée et reprise en boucle par des zélateurs dévoués et formatés avait de quoi séduire le plus pointilleux des directeurs de la communication des grandes firmes engagées. L'apparente hyper technologie mise en oeuvre avait aussi de quoi séduire un monde avide de nouveautés et de progrès technologique.

C'était sans compter sur l'avidité de quelques petits bonshommes plus attachés à la hauteur de leur compte aux Iles Caïmans qu'à l'éthique sportive.

La Formule 1 des années à venir a du plomb dans l'aile. À force de s'exiler dans les déserts nimbés de pétroles, elle s'est isolée de son support populaire : les publics passionnés et heureux de participer une ou deux fois dans l'année à une immense fête de la pratique du pilotage à haute vitesse.

 

Des monuments qu'on assassine

 

Spa est dans les pires difficultés. Sous les efforts conjoints d'écolos un peu idiots mais surtout très petits-bourgeois, avides de leurs petits confort auditif et de dirigeants omnipotents, ce monument est aujourd'hui menacé. Francorchamps, c'est le plus beau circuit du monde, je peux l'affirmer haut et fort étant... manceau. Une F1 à l'Eau Rouge, aux Combes ou à Blanchimont, c'est le nec plus ultra des sports mécanique. Même si les protos de la Le Mans Serie ne sont pas mal non plus.

Silverstone se bat pour garder son label F1. La France n'a même plus de GP, la faute à une absence de suites princières au pied des salons VIP du circuit. La vieille Europe, peu à peu se voit retirer ses manches du championnat mondial. Parce que Bernie a trouvé de nouveaux amis.

Alors, après les Japonais, ce sont les constructeurs européens qui font la fine bouche. BMW a vite compris que des courses de ''caisses à portes'' étaient bien plus intéressantes pour son image de marque. Renault commence à faire ses comptes, les vrais cette fois. Il manque encore plus de vingt millions d'euros pour boucler 2010. Tout doucement, malgré des circuits en or massif, le plateau se rabougrit. On donne pas cher de l'avenir de USF1, de Campos ou même de Lotus, les artisans pressentis pour remplacer les constructeurs partants.

Michelin ne se précipite surtout pas pour revenir dans le grand cirque après la désertion de Bridgestone. Pirelli a émis une fin de non recevoir. On roulera peut-être en Khumo les prochaines années.

 

Alors, après avoir mis à mal un patrimoine extraordinaire, après avoir installé la F1 dans des paradis pétroliers, après avoir outrageusement exploité une fantastique mine de passion, Bernie et les siens s'en iront. Non sans laisser un paysage automobile et sportif sérieusement 'désertique''.

 

 

 

 

Publié dans F1 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : f1, spa, renault, bmw, toyota, honda |  Facebook | |

23/09/2009

Où va Renault

Oui Flavio Briatore et Pat Symonds ont bien demandé à Nelson Piquet Junior de se mettre dans le mur. Désastre pour Renault, désastre pour son programme F1, Désastre pour le sport.

Lire la suite

Publié dans F1 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : renault, briatore |  Facebook | |

06/03/2009

Salon de Genève : Un choc de civilisation

Wiesmann Roadster MF4 Seitenansicht.jpg 

Premier véritable salon de la crise, Genève n'a pourtant pas semblé répercuter totalement la nécessité d'une tendance forte à la diminution des prix des modèles commercialisés. On reste sans doute très branché écolo sans véritable prendre la mesure du cataclysme économique qui s'abat sur le secteur. La faute sans doute à une tradition suisse d'une économie triomphante qui, elle aussi connaît quelques ratés depuis trois mois.

Pourtant, quelques marques ''low cost'' y prennent de plus en plus d'espace. Signe des temps.

 

Idéalement placé entre Allemagne, Italie et France, le salon de Genève, c'est le rendez-vous obligé de l'automobile européenne. Les premières journées, théoriquement consacrées à la presse pourtant voient défiler tout ce que l'auto compte comme patrons de marketing, commerce, cadres supérieurs du grand marché européen. Costumes sombres et chaussures à la mode italienne, tout ce petit aéropage vient constater l'état de la concurrence, dans une happening pas toujours très lucide. Depuis pas mal d'années, les Allemands triomphants y tenaient le haut du pavé. Les grosses berlines d'outre Rhin se vendent très bien au pays des coffres-forts et en 2009, la tradition n'est pas vraiment rompue puisque Mercedes, Audi et BMW présentent leurs production sur de solides espaces qui en disent long de leurs ambitions commerciales. Audi y présente son Q5, un SUV bien moins outrecuidant que le Q7. Mercedes décline sa nouvelle Classe E tandis que BMW présente le nouveau Z4 en avant première mondiale. Pas de tension, pas encore d'état d'âme, ces marques-là ne vivent pas encore dans le même monde que les autres constructeurs.

La crise n'est surtout pas la même pour tout le monde. En témoigne la présence un peu provocatrice d'un Hummer aux biocarburants. Les préparateurs allemands sont eux aussi très en vue, Abt, Irmsher, Ruf , Alpina, et d'autres présentent des modèles magnifiques mais tellement hors propos désormais que l'on se surprend à de réflexions pas toujours très sympathiques et sans doute bien trop correctes politiquement pour ces idoles que l'on adulait hier. Il reste quand même quelques magnifiques unités comme ces Wiesmann absolument enivrantes qui ne sont pas sans faire référence aux grands stylistes d'antan. La voiture peut et doit rester objet de création. Même lorsque les temps sont durs.

 

Et au milieu trône la Nano de Tata

 

Tata Nano.JPGUn salon c'est aussi un milieu de contraste. Les stands Bentley, Aston Martin, Lamborghini, Ferrari Maserati sont pris d'assaut par des messieurs et des dames fort bien habillés tandis qu'en plein milieu du salon trône la désormais Nano des Indiens de Tata. Pour l'instant, la commercialisation est reportée à une date ultérieure mais le constructeur du nouveau tigre de l'Asie semble absolument convaincu de détenir l'avenir du monde automobile. 2500 $, 600cm3, moteur essence, quatre places, climatisation en série... le rêve automobile pour certains. Sauf que pour l'instant, du côté des tests européens, de sécurité, le petit oeuf indien ne passe pas. Il ne suffit pas en effet de lettre sur la route un engin à la portée de toutes les bourses encore faut-il qu'il corresponde aux critères de sécurité en vigueur. Pas possible pour l'instant d'essayer la Nano. On frémit un peu quand même en s'installant à son volant. Pour faire bref, c'est comme une 4L mais en beaucoup plus petit. On imagine très mal une coexistence entre cette mini voiture et les gabarits habituels de la circulation.

 

 

Pour l'instant, les seuls capables de correspondre semblent être Dacia. Ses modèles low cost nés d'une volonté de satisfaire les besoins des pays émergents en s'appuyant sur une solide base d'organes font fureur. Le président Louis Schweitzer avait vu juste mais un peu court. Désormais, les ventes des Logan et des Sandero dépassent les prévisions les plus optimistes. Surtout en Europe ! Mais doucement et sûrement, chaque constructeur, dans son coin se prépare à mettre sur le marché des véhicules désormais abordables Peugeot, sans vouloir le dire trop haut, adapte une 206, Suzuki attend mont et merveilles de sa nouvelle Alto « à moins de 8000 € » confirme Jean-Luc de la Ruffie,le directeur commercial France de la marque nippone, Honda a fait de l'Insigth un cheval de bataille qui alliera, hybridation et prix de vente abordable. À reculons, en rechignant, en fronçant du sourcil, les constructeurs devront de toute façon, quoiqu'il arrive réadapter leur gamme à l'état du marché : vers le bas, forcément vers le bas.

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu